Blog de Arlequin-e
« Jamais un être ne revient, jamais... On garde les moules des statues, les empreintes qui refont toujours des objets parails ; mais mon corps, mon visage, mes pensées, mes désirs ne reparaîtrons jamais. Et pourtant il naîtra des millions, des milliards, d'êtres qui auront dans quelques centimètres carrés un nez, des yeux, un front, des joues et une bouche comme moi, et aussi une âme comme moi, sans que jamais je revienne, moi, sans que jamais même quelque chose de moi reconnaissable reparaisse dans ces créatures innombrables et différentes, indéfiniment différentes, bien que pareilles à peu près. »____Bel-Ami, Guy De Maupassant


[ Fermer cette fenêtre ]